Architectures 3D & colonisations cellulaires…

Les architectures 3D sont des outils essentiels qui, en recréant des environnements de cultures cellulaires biomimétiques, permettant l’étude de la croissance cellulaire, de la prolifération et de la différenciation. Des chercheurs du LAAS (CNRS), en partenariat avec les plateformes de TRI-Genotoul du CPTP et de l’ITAV, sont parvenus, grâce au gravage laser réalisés à l’aide de microscopes multiphotons, à fabriquer des échafaudages 3D autoportants. Ces supports ont été ensuite  ensemencés des cellules neurales puis caractérisés à l’aide d’approches avancées d’imagerie par fluorescence 3D. Les résultats publiés dans la revue Small de Advanced Science news se révèlent particulièrement encourageants.

 

Matrice créée par les chercheurs

Matrice créée par les chercheurs

 

 

 

 

 

 

 


La technique ici employée, autorise un processus de fabrication beaucoup plus fin (≈ 200 nm) que les technologies habituelles d’impression 3D classiques basées sur la modélisation de dépôts fusionnés, l’impression jet d’encre, le séchage sélectif au laser ou la technologie « polyjet ».

Les échantillons ainsi créés ont ensuite été étudiés par de la microscopie électronique à balayage (SEM) précisant ainsi la morphologie des cellules et les connexions cellulaires autour de l’architecture 3D. Le positionnement du noyau, inaccessible par l’imagerie SEM conventionnelle, est quant à lui dévoilé par microscopie de fluorescence en feuille de lumière et imagerie confocale multiphotonique. Ces différentes techniques ont mis en évidence de longues extensions neuritiques et une colonisation cellulaire optimale autour et à l’intérieur de l’échafaudage 3D. Ces nouvelles architectures et techniques de caractérisation ouvrent des perspectives intéressantes à la fois pour la culture et l’observation de cellules neurales.

 

Consulter sur le site de la revue

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.